Blog Archive

vendredi 31 janvier 2014

Raiponce La Reine Des Neiges Rebelles Ou Quoi

Je suis enfin plus ou moins à jour avec Disney, pas encore Pixar, si tant est qu'on accorde de l'importance à leur classement distinguant films d'animation, classiques d'animation Disney, et qu'on considère que "Disney" est une sous-catégorie de Pixar quand c'est en fait l'inverse.
En effet, il ne vous aura pas échappé qu'il y a des figures de proues, mises en avant parmi les 130+ films des studios Disney. Mais je compte Brave dans le tas puisqu'apparemment Merrida compte comme princesse Disney.
Commençons par Frozen, le plus récent. Je voulais parler de l'adaptation du conte d'Andersen, mais ça sera un sujet à part, puisque Disney n'épargne personne et saccage aussi bien des classiques français (Le Bossu de Notre-Dame) ou mythologiques(Hercule).

Sommaire:
I : La Reine des Neiges
  • L'histoire
  • Note sur la VF
  • L'histoire bis 
  • For The First Time In What Two Year
II : La Morale
III :Le character design
IV : Disney sa race

I

La Reine des Neiges



L'histoire.
Prenons le film linéairement, je suis incapable de faire des critiques thématiques construites. Je reviendrai après sur quelques points.
Le film s'ouvre sur des hommes du nord qui taillent de la glace et chantent. Un petit garçon et son bébé renne zigzaguent entre leurs gambettes, avec un petit bloc de glace.
Anna réveille sa sœur Elsa et lui dit qu'elle veut jouer. Elle ne parvient à la sortir de son lit qu'en lui demandant de faire un bonhomme de neige. Elles descendent dans le hall et on voit les pouvoirs d'Elsa : elle couvre le sol de glace et fait neiger du plafond. Anna saute de pile en pile de neige, et tombe. Elsa lance un sort et touche l’œil d'Anna. On l'amène à des trolls, pendant que le petit garçon susdit, plus tard révélé comme étant Kristoff, les poursuit, puisqu'une traînée de glace parsème le convoi royal.
Les petits êtres de piere soignent sa tête, parce que la tête ça va, mais si c'était le cœur ce serait plus difficile à guérir *wink wink* c'est pas comme si on allait avoir quelqu'un qui allait avoir son cœur gelé plus tard, ouhalala subtle foreshadowing.
Bon Elsa, le cœur du film dit papy troll, c'est que tu dois maîtriser tes émotions parce qUE SI TU NE LE FAIS PAS TOUT LE MONDE VA MOURIR DANS D'ATROCES SOUFFRANCES REGARDE CETTE SIMULATION EN AURORES BORÉALES DE TOI EN TRAIN DE TOURNER BERSERK.
Voilà, maintenant bonne chance pour contrôler tes émotions.
Papy troll dit qu'il faut supprimer la magie du crâne d'Anna pour la sauver mais également le souvenir de la magie. Ca fait très conte de Fée et j'étais à 100% pour. Sauf que ça n'a aucune incidence sur le film, sinon cloîtrer Elsa, pour éviter qu'Anna voit ses pouvoirs, sauf que...quand Anna les voit, sa blessure n'est pas ravivée. Alors qu'on aurait pu, ça nous aurait d'ailleurs épargné quelques scènes. Bref.
Ensuite, tout ce petit monde rentre au château, le roi disant qu'il va le cloîtrer et réduire le personnel pour dissimuler les pouvoirs de sa fille, au monde et à Anna.
Là, Anna, le cerveau encore imbus de tous ses souvenirs heureux mais la mémoire exempte de magie vient toquer à la porte de sa sœur pour qu'elles aillent faire des bonhommes de neige, dans la première chanson, Do You Want To Build A Snowman.
Et c'est un problème. Anna vient quémander à sa sœur de jouer avec elle et Elsa la repousse. Anna a tellement peu de compagnie qu'elle parle aux portraits et fait de la bicyclette dans les escaliers. Nonobstant ce comportement suicidaire, ces parents se préoccupent plutôt de sa sœur. Plutôt que de la faire rejoindre les X-Men - sérieusement ça sert à quoi d'acheter Marvel pour passer à côté de pareils crossovers . et ses pouvoirs empirent. La chanson s'arrête plus ou moins pour qu'on voit Anna passer de 6 à 8 et 14 ans. Elle enserre ses parents sur le départ en leur disant "à dans deux semaines" et Elsa lamente le fait qu'ils doivent partir. Ils la rassurent : ils iront bien. Comme ce sont des parents dans un Disney, on nous balance bien vite leurs cadavres à la gueule. GROSSE MORT LE BATEAU IL A COULÉ.
Funérailles vite fait. Sans Elsa, apparemment enfermée dans sa chambre. Dos-à-dos dramatique contre la porte. "Do you wanna build a snowman ?"
*Zoé fond en larmes à mon côté*

Et ? Et ?
"Trois ans plus tard"
Quoi, on va sauter, le deuil ?
Pouf, on est au couronnement d'Elsa.
Et c'est un problème. L'effet dramatique d'avoir Anna chantonner "Do you wanna build a snowman" comme elle le faisait enfant aurait peut-être plus d'effet si ce n'était pas il y a deux minutes de notre point de vue. Mais sauter la période de deuil sans les laisser se parler, c'est risible.
Anna est présentée comme une enfant solitaire au point de parler aux portraits, elle erre entre la porte fermée de sa sœur et la porte du château, on ne voit pas sa relation à ses parents, du tout, ni au personnel ?
Je m'attendais au personnage stéréotypé de la nourrice/marraine ou un majordome, le chambellan qui annonce les gens, bref, QUELQU'UN. Avant le couronnement, il se passe TROIS ANS. Est-ce à dire qu'Anna n'a pas eu le temps d'établir une relation avec qui que ce soit qui vive dans le chateau ? Est-ce qu'on se contente de lui glisser des pizzas sous les portes puis on s'enfuit en courant ?
Là, il semble vraiment qu'elles sont les deux restées isolées toute leur vie. Et dans Raiponce, c'est au cœur du sujet, elle s'est fait séquestrer par une sorcière qui lui fait croire que le monde extérieur est mauvais. Elle est son seul contact avec l'extérieur. Là aussi, on a la justification usuelle pour cloîtrer les princesses : les pouvoirs d'Elsa, mais ça ne justifie pas qu'elle n'ait aucun contact avec qui que ce soit à l'écran.
En outre, Elsa est mineure avant son couronnement (duh) donc il doit bien y avoir un régent, quelqu'un, quelque chose, mais on ne voit pas cette entité. Juste l'évêque chargé du couronnement.
On passe à Anna qui chante For The First Time In Forever pour signifier sa joie d'être libérée du château en même temps qu'Elsa se lamente de devoir faire face à la foule, effrayée qu'elle est que le givre recouvre son sceptre sous la pression. Fin de la chanson, après avoir dansouillé dans la foule qui va à l'encontre des portes, Anna bute dans le prince Hans. Après une scène un peu Awkward parce que humour, elle doit être maladroite, ça la rend inoffensive mignonne, elle le plante avec un regard suave disant qu'elle doit y aller.
Après un couronnement (et une chanson de couronnement !) on passe au bal (en musique bien sûr). Le méchant invite Anna à danser, mais le prince Hans arrive bientôt, et les voilà batifolant. Ils se mettent à chanter Love Is An Open Door (encore une chanson) à la fin de laquelle ils se fiancent, pouf comme ça.
Ils annoncent à Elsa qu'ils vont se marier. Elsa se dit confuse et non mais ho vous vous êtes rencontrés aujourd'hui. Elle leur refuse sa bénédiction parce qu'on marie pas quelqu'un qu'on vient de rencontrer, et elle panique un peu quand Anna lui dit que les 12 frères de Hans pourraient s'installer à Erendelle.
- Mais si c'est un acte de Vrai Amour® ?
- *masta soupir* Anna, que sais-tu du Vrai Amour® ?
- Plus que toi ! Tout ce que tu sais faire c'est expulser les gens ! (shut people out, je saurais pas trop traduire)

Elsa veut faire mettre tout le monde dehors, fort à propos, et dit d'arrêter la fête. Anna la poursuit beuglant "pourquoi tu es méchante".
Bon j'exagère, mais 99% des dialogues entre elles se limitent à "Elsa, laisse-moi t'aimer - Non, je te ferais du mal, tu ne peux pas comprendre" et c'est super relou, mais on y reviendra. Anna arrache un gant d'Elsa, qu'elle utilisait pour contenir ses pouvoirs. Elsa n'arrive plus à se contrôler face aux invectives d'Anna et lance par mégarde une salve de pics de glace qui prennent racine en cercle à ses pieds, bien aiguisés. Le Duc de Weaselton (aka méchant) grince "sorcellerie !"
Elsa sort dans la cour où le bas-peuple se masse, s'accoude à une fontaine et la fait geler aussi. Le Duc, peut-être un peu con, ou oubliant qu'il parle de la reine, ordonne à ses gardes de la pourchasser. Une salve de jets de glace part dans leur direction et les faisant tomber à terre. Les gens prennent peur, serrent leurs enfants contre eux, enfin, tout ce qu'ils font quand ils voient un X-Men dans la rue.
Elsa s'enfuit sur la baie d'Erendelle, gelant la surface sous ses talons. Anna se lance à moitié à sa poursuite, sans succès. La baie gèle entièrement, bloquant les navires. Il se met à neiger.
Elle demande son cheval et dit à la cantonade qu'elle laisse Hans en charge du royaume jusqu'à son retour. C'est quoi ce protocole de beatnik ?
J'ai quelques problèmes. Premièrement, Elsa est partie 30 secondes, on est pas vraiment en période de vacance du trône. Deuxièmement, Anna est mineure. Elsa ne régnait pas jusque là. Techniquement, je vois mal pourquoi le pouvoir lui passerait sans transition. S'il y a avait un régent, ça devrait lui revenir, si tant est qu'on considère que la reine doit être remplacée (30 secondes !). Troisièmement, elle n'est pas mariée à Hans et c'est un étranger. Je veux dire, marier un inconnu c'est déjà con, lui confier le salut de ta nation quand un hiver polaire vient de s'abattre dessus, c'est sacrément crâmé.
Bref, c'est le grand moment du film : Let It Go !
(Je vous ai dit qu'il y avait beaucoup de chansons ?)
Très belle chanson, qui semble avoir été faite avec beaucoup de papier de brouillon en écoutant Defying Gravity : des personnages dotés de pouvoirs magiques qui tournent le dos aux méchants phallocrates et laissent libre cours à leur puissance.
Le montage est bien, je trouve que le château est… pas forcément bien mis en valeur, on le voit pas assez. La focalisation sur les sculptures flocons, c'est certes joli, mais je ne sais pas, visuellement je trouve que Frozen manque de mise en relief. Il y a un souci du détail très prégnant, mais peu de plans réellement laissé à notre contemplation. Soit on chante par dessus, soit on bouge très vite, on a rarement le temps de souffler et juste admirer.

Note sur la VF
la traduction a tendance à saccager un peu le sens. Elle sont toutes relativement bien traduites, mais tendent à laisser la subtilité au vestiaire. Dans Love Is An Open Door on a la réplique, copy-paste depuis Arrested Development :"We finish each other's - Sandwiches!" En français, ce ne sont plus des sandwiches, mais des phrases qu'ils finissent. Donc... Y'a plus de blague ?
Ici, dans Let It Go, en laissant aller sa cape, Elsa proclame "The cold never bothered me anyway" sous-entendu, ces êtres de chair et de sang peuvent crever, j'en ai rien à foutre, je suis libre, les vêtements et les pneumonies c'est pour les mous du genou.
En français, ça devient, dans une métrique chargée, "Le froid est pour moi les prix de la liberté" : 12 pieds, deux de plus que l'originale, et ça se sent dans la légère accélération de la chanteuse, mais surtout, c'est l'inverse de ce qui est exprimé. Entre "le froid ne me dérange pas" et "le froid est le prix de ma liberté", sous-entendant dépense et sacrifice plutôt que désinvolture.
De même, Let It Go est une injonction positive : Défoule-toi ! Laisse-Aller !
"Délivrée, libérée" fait par contre référence aux entraves abattues. Vision négative de la liberté là où la VO est positive.
Bon après, "THE PAST IS IN THE PAST" reste "LE PASSÉ EST PASSÉ" rien à dire. Pour une fois que c'est pas que la VF qui se tape des trucs genre "ait la force d'être un fort". Et surtout, j'ai peur que le succès oral anglais de l'expression "Let It Go" soit idiosyncratique (oui je voulais juste poser ce mot, pardon) du moins difficile à reproduire dans les langues latines. On se retrouve avec du "Libre Soy" en espagnol, "Libérée"(op. cit.),  "All'alba Sorgerò" (Italien, à l'aube je surgirai ? comme le dit ma sœur, les futurs à la première personne en italient ça claque). Les langues germaniques sont bien entendu plus heureuses : "Lass Jetzt Los" (Allemand), "Laat Het Los" (Flamand), "Laat Het Gaan" (flamand hollandais ?) et "La Den Gå" (Norvégien). Je vous laisse voir la liste complète, j'attendrai patiemment que Typhon vienne me dire pourquoi c'est des conneries ce que je raconte sur les langues et la similitude de cette expression

Retour à l'histoire.
Revenons à Anna, partie pour sa quête sororale dont on nous a promis qu'elle faisait le cœur du film. Elle a une simple cape sur sa robe de bal, tombe dans une rivière, perd son cheval et, surprise, a froid.
En même temps, on appelle le film "Frozen", donc bon.
Elle va jusqu'à une petite bicoque, en quête de chaleur et découvre un négociant, pourvu d'un sauna, et d'une famille à l'intérieur d'icelui. Première parentèle de tuteurs homosexuels dans un film d'animation Disney disent d'ailleurs certains, mais c'est du dernier intérêt.
Elle achète des vêtements d'hiver et demande si la reine est passée, par hasard.
A ce moment, Kristoff apparaît, couvert de neige, graouh, virilitude trappeur.
Il cherche à acheter un piolet une corde et des carottes, malheureusement c'est cher. Il traite le tenancier d'escroc et se fait forjeter dans la neige sans son reste.
Dans la grange attenante qu'il squatte sans foi ni loi, il entonne une chansonnette sur sa guitare. Je ne sais pas si on peut compter Reindeers Are Better Than People comme une chanson, puisque c'est une chansons sur le plan intradiégétique. Kristoff chante en mimant Sven, ce n'est pas une dramatisation d'un dialogue au premier degré pour des personnages qui ne se rendraient pas compte qu'ils chantent. Et puis elle dure pas huit plombes.
Anna l'interrompt et se décide à l'embaucher comme guide dans ces terribles contrées pour l'amener à la montagne du nord, en jetant les trucs qu'il voulait acheter au marchand. Une fille qui embauche un mec comme guide pour aller à un château.
Ca ne me rappelle rien du tout.

Ils partent et se font pourchasser par des loups. Kristoff décide de pas lui faire confiance parce qu'elle a épousé un type qu'elle connait pas et tente de lui démontrer qu'elle ne connaît rien de lui et si ça se trouve il mange ses crottes de nez parce que tous les hommes le font.
#Misandrie :((((((
Anna aide à repousser les loups en lançant une couverture enflammée. La réaction chimique repousse les bestioles mais le chariot de Kristoff arrive face à un ravin. Le montagnard lance la jeune femme sur l'encolure de Sven et chariot, homme, femme, renne enjambent le précipice. Enfin, Kristoff devra sauter, s'accrochant au piolet lancé par la princesse, pendant que son véhicule s'écrase au sol, prenant ensuite feu.
Après avoir légèrement hésité à laisser mourir Anna parce qu'elle est apparemment infoutue de trouver la montagne ou même de mander le chemin, il décide de continuer à l'accompagner. En chemin ils tombent sur Olaf la mascotte insupportablement joyeuse du film, mais heureusement, ils ont introduit son personnage avec la tragicomique chanson In Summer.
Oui, ça faisait au moins 5 minutes sans musique.
Néanmoins elle est chouette : c'est un bonhomme de neige qui se languit des joies de l'été, se réjouissant de faire "quoi que fassent les choses gelées en été" et c'est super bien, personne ne voulant briser son rêve et lui dire qu'il va fondre.
cuddle/puddle
La métaphore n'est pas complètement explorée, certes, Olaf avait été construit par Elsa et Anna enfants, avant l'accident, et reconstruit pendant Let It Go par celle-là, représentant donc, d'une certaine façon l'amour qui les unissait à l'époque. "Hi, I'm Olaf, and I like warm hugs !" étant sa catchphrase lorsqu'il était utilisé comme une marionnette. Note : en VF, les câlins ne sont plus chauds, perdant le lien avec le rêve d'été du golem.
Ils partent à l'assaut du château, trouvant un escalier qui y mène.
A un moment dont je ne me souviens plus, donc disons que c'est maintenant, le cheval d'Anna revient à Erendelle, inquiétant Hans qui donne des couvertures et de la soupe à qui mieux mieux parce qu'il fait froid. Il décide de monter une expédition pour secourir Anna, et rassemble des volontaires. Le duc de Weaselton envoie ses deux méchants gorilles en leur disant de buter Elsa pour mettre fin au terrible hiver.
Retour à nos héros, qui arrivent au château de glace et Anna laisse ses deux compères au seuil. Anna est impressionnée par les pouvoirs d'Elsa, qui confesse n'avoir jamais su de quoi elle était vraiment capable, ayant passé la dernière décennie à les contenir. Elsa apprend qu'Erendelle est plongé dans un hiver prolongé.
Re-For The First Time In Forever, puisqu'on a préféré mettre un moment bien dramatique plutôt que, vous savez, des dialogues. Elles auraient pu mettre des mots sur leurs sentiments plutôt que répéter l'éternel :
– Elsa, ne me rejette pas !
– Mais je te ferais du mal !
Parler de la mort de leur parents, ou que sais-je. Nope. On a préféré faire qu'Elsa, sous la pression, déclenche un orage d'intérieur et qu'un jet de glace multidirectionnel aille dans tous sens, notamment jusqu'au cœur d'Anna. Surprise.

Cette scène me semble une des nombreuses occasions où on s'est dit "tiens, comment se démerder pour que les deux sœurs soient entravées au maximum. Pas seulement parce que ça marque le début de la déliquescence physique d'Anna, mais parce qu'Elsa est de dos, lorsqu'elle gèle son coeur. Si elle avait vu qu'elle avait frappé Anna, et elle semble le faire un instant, elle aurait immédiatement su, se souvenant son enfance, qu'il fallait amener sa sœur aux trolls, et que le cœur gelé était très grave. Mais non, il fallait bien séparer les sœurs. Et surtout, cette scène grotesque d'Anna aveugle à l'orage naissant aurait pu être épargnée. Pourquoi ne pas dire ce qu'ils avaient dit d'abord : le souvenir de la magie ramène l'engelure ? Anna aurait pu commencer à geler dès qu'elle voit les pouvoirs de la reine, dans des contractions flashbackesques. Mais non, de nouveau, ça risquerait de donner le contrôle de la situation à Elsa et le film serait fini en 3 minutes.
Bref, Elsa crée un golem qui les chasse de son domaine parce que émotions, ils prévoient de descendre d'une falaise. Le golem les remonte et assomme Kristoff en  les remontant, puis ils chutent quand Anna coupe leur corde d'assurage et là, Kristoff peut remarquer, une fois dans la poudreuse que les cheveux d'Anna blanchissent. Il décide donc de l'amener à ses amis "experts en amour" qu'il a plusieurs fois mentionné. Ce sont bien sûr les trolls, mais il ne juge pas utile de le dire.

Pendant ce temps, l'équipée de Hans, parti à la recherche d'Anna, arrive au château de glace. Ils affrontent le golem et les deux gorilles arrive à la chambre de la reine et tentent de la tuer. Elle dévie leurs attaques et est ensuite en position de les tuer. Hans arrive proclamant "Votre altesse ! Ne devenez pas le monstre qu'ils disent que vous êtes !"
Elle retient sa main un instant. Le vilain en profite pour pointer une arbalète dessus, Hans se jette dessus et la fait dévier vers le plafond. On y reviendra. Elle décroche le lustre énorme, qui tombe et projette Elsa à terre dans de grands éclats.
Noir.

Anna et Kristoff arrivent aux trolls. C'est une occurrence du trope "faisons 82km, fais-moi confiance, remets ton destin entre mes mains sans précisions supplémentaires". Pas de mention des trolls jusqu'à l'arrivée, et jusque là il ne précise pas qu'il a vu Anna se faire soigner enfant.
Quand j'ai vu des gifs de Kristoff qui présente sa famille troll sous forme minérale, j'ai d'ailleurs d'abord cru que c'étaient des tombes et qu'en disant "voilà ma famille" il montrait simplement là où ils gisaient, rescapés d'un massacre clanique. Et je pensais que la bêtise d'Olaf venait souligner l'horreur du truc.
Je m'imaginais aussi qu'il pouvait communiquer avec les esprits de ses ancêtres, enfin voilà.
Bref.

(Pardon je suis glauque)

Vient Fixer Upper.
Oui.
(Une chanson.)
C'est un croisement entre la chanson des gargouilles du Bossu de Notre-Dame et A Yupendi. On essaie de maquer deux personnages et de te faire rigoler en même temps, on échoue aux deux, pour l'heure ? Chanson guillerette, elle se termine sur Anna défaillant, parce que c'était pas vraiment le moment de penser au mariage.
Ils apprennent que seul un acte d'Amour Vrai peut sauver un cœur gelé et foncent vers Erendelle.
Elsa se réveille en cellule, les mains enchaînées, elle avoue à Hans qu'elle ne sait pas comment arrêter l'hiver. Hans dit qu'il va faire son possible pour convaincre le conseil (d'où tient-il son autorité ce conseil d'ailleurs ? Je croyais que Hans avait les plein pouvoirs de par le fait qu'Anna les lui avait délégué et les joies des propriétés transitives).
Hans abandonne Anna à moitié morte aux portes du palais, les cheveux entièrement blanchis. Elle peine à marcher. Il dit de la conduire à Hans. Il ne précise pas qu'elle a besoin d'un acte de Vrai Amour, lui laissant le soin de transmettre cette information bien qu'elle soit sur le point de défaillir. MAIS JE PINAILLE C'EST BON ROH
ET LÀ, PLOT TWIST : Hans, plutôt que de l'embrasser et de voir comme on s'y attendait que ça marche pas, parce qu'être un prince c'est ringard maintenant, les hommes les vrais sont des trappeurs virils graougraous, il ne l'embrasse même pas et lui sort le grand numéro : "Hahaha en fait je suis méchant j'ai fait semblant de t'aimer pour accéder au trône !"
Stupéfaction et sérendipité.
Il l'abandonne à mourir, comme tous les vrais méchants, parce que le machiavélisme a des limites tout de même. Et alors qu'Anna agonise dans la chambre, il se livre à un numéro de cinéma devant le Conseil, constitué des princes venus au couronnement, où il dit qu'Anna est morte, qu'ils sont mariés. Le duc de Weaselton affirme qu'ils sont en danger, et tous disent qu'Erendelle compte sur lui.
Là j'ai de nouveau des problèmes avec la politique dans Frozen.
  1. Soit, Hans détient le pouvoir, mais il le tient d'Anna, qui le tient de l'absence d'Elsa. Je veux dire, qu'il soit juge, juré et bourreau dans le procès de la personne dont il tient son autorité EUH VOILA
  2. Qu'est-ce que les Princes foutent là ? Ok, ils ne peuvent pas repartir parce que la mer est gelée, mais qu'est-ce qu'ils s'impliquent dans les affaires d'un royaume à la gestion si confidentielle auparavant ? OU EST LE CHANCELIER/RÉGENT DONT ON CAUSAIT AVANT ? Est-ce qu'Elsa gérait absolument tout dans son royaume, sans ministres, sans délégués ?
Et un autre problème : Hans dit qu'il attendait un prétexte pour tuer Elsa, un accident ou quoi que ce soit, et pour accéder au trône. Néanmoins quand un des gorilles du Duc de Weaselton avait tiré sur Elsa, il avait dévié la flèche. Certes, il l'avait déviée contre le lustre de huit tonnes qui pendait du plafond vers Elsa, donc peut-être est-il un génie du mal qui prévoyait de faire semblant de la sauver mais qui pensait quand même lui balancer la moitié du plafond sur la gueule, mais il semble plus probable qu'il voulait l'épargner. (Edit : peut-être pas, en fait, je sais pas si le gif est authentique)
Vous me direz :
Mais Lays voyons, c'est pourtant évident : il lui demandait en cellule d'arrêter l'hiver. Il ne voulait la tuer qu'après qu'elle ait arrêté l'orage, pour s'assurer qu'il règne sur un royaume en meilleur état.
Certes, cependant, une fois que cette option a été écartée, parce qu'Elsa ne contrôle pas la météo, il revient au plan A : la buter, déjà mis en branle par le duc de Weaselton, qui lui aussi croit que la tuer mettra fin à ses sortilèges. Raisonnement qui tient la route. Cependant, pourquoi Hans aurait-il pris le risque de maintenir Elsa en vie jusqu'à ce qu'elle ramène le soleil ? Une fois le froid parti, il n'aurait plus vraiment de raison de la tuer.
Et puis il veut la tuer de toute façon, comme il le confesse à Anna, donc la laisser mourir remplissait absolument tous ses objectifs dans le paradigme qu'on lui imagine, donc pourquoi la sauver ?

Bref, voilà le Final Showdown
Elsa s'échappe de prison et pétant tout, tant mieux. La tornade la suit.
Kristoff la voit de loin alors qu'il s'en allait. Il crie "Anna !" et fonce vers le typhon de glace.
Olaf aide Anna à s'échapper de la pièce où Hans l'a remisée. Il la trouve gelée. Il allume un feu pour la réchauffer. Il se met à fondre, c'est sa première expérience à la chaleur. Dans un moment touchant, Olaf dit qu'il ne l'abandonnera pas avant d'avoir trouvé un acte d'Amour Vrai. Elle dit ne rien savoir de l'amour. Olaf dit que c'est de mettre quelqu'un d'autre avant soi-même, comme Kristoff quand il a abandonné Anna au château. Elle s'étonne : Kristoff l'aime ?
Olaf s'étonne à son tour du manque de connaissance de l'amour d'Anna.  Elle le met en garde devant sa fonte prochaine face au feu. Il dit que certaines personnes valent la peine de fondre.
La fenêtre s'ouvre, il aperçoi Kristoff et Sven fonçant vers eux.
La glace pourchasse Anna mainteannt, des pointes acérées les encerclent.

Tout le monde se met à courir sur la glace. Elsa au coeur du cyclone, Anna et Kristoff l'un vers l'autre, Hans cherchant Elsa.
Hans annonce à Elsa qu'Anna est morte à cause d'elle. L'orage s'arrête quand Elsa s'effondre sur la glace. Anna voit Kristoff, mais elle voit également Hans qui va tuer Elsa à genre 30 mètres. Malgré son état elle les parcourt en moins de temps qu'il n'en faut à Hans pour abaisser son épée. Elle s'écarte de Kristoff pour s'interposer et sauver sa soeur, gelant instantanément et projetant Hans au sol.
Elsa pleure sur Anna alors que les princes étrangers, Sven, Olaf et Kristoff regardent tristement.
Mais en fait elle est pas morte. Alors qu'Elsa lui pleure dessus, elle dégèle. En effet, elle s'est sacrifiée pour Elsa, et c'était un acte d'amour, du coup ça dégèle son cœur : l'acte d'amour était quelque chose à faire, pas un baiser à recevoir.
Tant mieux.
Une fois que tout le monde a souligné le processus, Elsa fait "l'amour, mais c'est bien sûr" et dégèle le royaume.
Et voilà, c'est tout ce qui manquait, poufpouf caribou.

Voyez la vidéo ici.

Pour ce qui est du shodown, je trouve que les positions des personnages sont très mal cadrées, ils passent de 100m d'écart à 3m en deux secondes. Mais bon, c'est un raccourci comme un autre et ça ne semble avoir marqué que moi.


"For the first time in – what two years ?"
Ce n'est pas le premier film Disney à faire [x]. Quel que soit [x].
Typiquement, prenez le réalisateur qui dit que holala le showdown du film (résolution) était vraiment incroyable et jamais vu.
(N.b. je retrouve plus le post tumblr sur lequel j'avais trouvé cette citation. Mais basiquement on leur aurait raconté la scène d'Anna changé en glace et quelqu'un aurait lâché à quel point c'était idiosyncratique. Oui pardon, j'arrête avec ce mot. Mais bref, je suis conscient que ça affaiblit ma diatribe, ayant l'air d'inventer des propos à démonter.)
Oui c'est vrai, quelqu'un qui pleure sur quelqu'un de maudit/mourant au moment critique où l'on croit tout perdu et où finalement ses pleurs coïncident avec la levée de la malédiction/mort c'est du jamais vu.
Ou dans Brave.
Du motherfucking jamais vu.
Tolkien appelait ces moments l'eucatastrophe : celui où le sort du monde est en jeu et où l'on croit tout perdu et que tout est renversé. L'entrée du Roi Sorcier dans Minas Tirith ou la prise de l'anneau par Gollum sont des bons exemples.
Ces moments cruciaux ne sont pas rares, et l'on voit Disney bégayer fortement vous en conviendrez.
Peut-être qu'on fait référence, non aux pleurs/levée de la malédiction, mais au fait qu'Anna se sacrifie pour sauver Elsa ?
Encore une fois, l'eucatastrophe de Tangled est pareille : Flynn/Eugene se laissant mourir en coupant les cheveux de Raiponce, et brisant donc sa malédiction (enfin, son pouvoir magique encombrant).
Bref, on se fout un peu de notre gueule. C'aurait été à plus forte distance pourquoi pas, mais trois années de suite, des dénouements copiés-collés, c'est vraiment nous prendre pour des cons.
Autre problème dans l'histoire : l'explication.
Tangled était parfait  sur ce côté là, la fleur magique, ingérée par la princesse, transfère les pouvoirs à ses cheveux, la dernière larme en contient encore une dose. C'est expliqué, ça a une origine, les gens ne sont pas terrifiés de la magie, enfin, un peu étonnés. Frozen, à l'inverse, tout le monde en a super peur, traite Elsa de monstre, alors qu'on ne sait pas l'origine de ses pouvoirs ni comment la magie est perçue dans ce monde (après tout le Roi a un grimoire avec une carte menant au royaume des trolls et les trolls le reconnaissent quand il y arrive).

II

La morale

…Et je veux bien que l'amour soigne une malédiction magique, parce que ça n'augure rien, ça n'a pas de message plus profond. Il y a malédiction et pouf, on la soigne. Ça n'a pas de portée plus large.
Sauf qu'une fois qu'Elsa s'est faite sauver par Anna, elle maîtrise parfaitement ses pouvoirs. Plus aucun problème. L'hiver se lève. Alors que ça traitait de quelque chose de bien plus grave : de la maîtrise de ses émotions, et comment les contenir quand l'angoisse les fait enfler en permanence, et que l'injonction à les contenir empire le truc au décuple ? On peut pas juste balancer le pouvoir de l'amour® et dire que tout va mieux.
(Et que l'orage s'arrête quand elle perd sa soeur. Ce qui est quand même supposément source d'émotions, non ? Genre coeur brisé, peut-être ? Type, elle ne serait même plus capable de ressentir des émotions. Mais bon.)
Vous l'aurez reconnu c'est un cas de Balancer La Morale, une résolution magique abolit toute possibilité de réflexion et on est forcé d'admettre que l'amour, tiens, ça sauve tout.

Au final l'histoire n'avance pas beaucoup. Je veux dire, le setup est intelligent, l'asymétrie créée par l'accident magique crée deux personnages différents, un renfermé qui craint le monde, l'autre ouvert, qui veut le découvrir. Elsa découvre que contrôler ses émotions c'est difficile et Anna découvre que le monde (Hans) est méchant. Mais ces deux morales ne sont pas traitées au-delà. Anna continue de vouloir atteindre Elsa, et Elsa de fuir, avec raison : l'hiver nuit à Erendelle et elle finit effectivement par blesser sa sœur presque à mort. Elle était effectivement nuisible. Et après qu'Anna ait appris qu'il ne faut pas marier quelqu'un qu'on vient de rencontrer et qu'elle ait enfin pu tomber amoureuse de la deuxième personne qu'elle ait rencontré, elle peut enfin être heureuse. Pendant qu'Elsa apprend que… POUVOIR DE L'AMOUR.
"What power do you have to stop this winter ? To stop me ?"
L'amour vient balayer les deux résolutions, sans qu'il n'y ait de vraie conclusion : on frappe Hans, et on le livre à ses frères ! On arrête le commerce avec le Duc de Weaselton ! Les procès c'est pour les cons. Balançons juste des sanctions au hasard, alors même qu'on cause de meurtre.
Je veux dire, un embargo ça blesse principalement les petites gens, pas vraiment les princesses de glace qui peuvent rester enfermer des mois sans boire ni manger ni faire pipi, apparemment. Interdire purement et simplement le commerce avec le premier partenaire commercial d'Erendelle, c'est léser plein de gens qui n'ont rien fait dans les deux contrées. Fichue morale d'américains.
Et puis, c'est une punition pour quoi ? Pour l'avoir traitée de monstre ou a-t-elle découvert que les deux gorilles avaient tenté de la tuer sur l'instigation du duc ? Auquel cas, face à un assassinat, ça semble une punition ridicule. Pareil pour Hans ! S'assurer que sa sentence s'effectue en dehors des limites du royaume (et du film) alors même qu'il a fait enfermer la Reine et tenté de laisser mourir la princesse du royaume… On sait tous que Disney a souvent tendance à couper à vif dans la complexité morale : on veut faire mourir le méchant, mais on ne veut surtout pas que le héros ait de sang sur les mains, alors quelques hasards heureux conspirent pour cela, ou alors les bandits s'entretuent. Mais là, il n'y a même plus de mort, on se contente de distribuer embargo (justice inefficace) coups de poings et livraison à la sentence de la famille (justice privée) en partage. 
Ces problèmes viennent aussi, je l'ai dit, de ce que Disney se refuse à faire figurer l'autorité dans ce film. Aucune figure maternelle ou paternelle après les parents. Aucun juge, aucun policier. Elsa ne prend aucune décision de reine, malgré son investiture, et malgré son retour. Les soldats sont évanescents et obéissent à n'importe lequel des personnages principaux à proximité. Ça crée ces situations paradoxales, surtout quand le film est un prétexte pour empêcher qu'Anna ou Elsa fassent exercice de leur pouvoir. On est restaurées en nos trônes ! Yay ! Première chose à faire : du patin à glaces avec tous nos potes du peuple !
(Même l'embargo du duc de Weaselton lui est signifié par le chambellan et c'est un prince à l'accent français qui parle de remettre Hans à ses frères)



III

Character design


L'histoire avait à l'origine une méchante Disney bien plus classique : un peu plus en chair, très maniérée, comiquement méchante, colorée. Je suis content qu'on ait évité ce stéréotype de sorcière ("Beh, une femme sûre d'elle et différente ! Au bûcher !") pour passer à la X-Women ("Beh, une femme pas sûre d'elle et différente ! Au bûcher !") mais je crois que la morale visant Elsa se heurte à son character design.
Je ne vais pas parler d'à quel point Elsa, Anna et leur mère ressemblent à Raiponce de Tangled, je ne vais pas parler de cette citation de Lino DiSalvo :
“Historically speaking, animating female characters are really, really difficult, ’cause they have to go through these range of emotions, but they’re very, very — you have to keep them pretty and they’re very sensitive to — you can get them off a model very quickly. So, having a film with two hero female characters was really tough, and having them both in the scene and look very different if they’re echoing the same expression; that Elsa looking angry looks different from Anna (Kristen Bell) being angry.”
 C'est extrêmement facile de tacler là-dessus, alors qu'il serait plus intelligent de regarder comment ça s'est manifesté dans le film, indépendant du commentaire. Elles ne sont pas vraiment hiératiques. Subtilement expressive serait plus juste.
Mais il est clair que leurs visages de poupées et leurs yeux énormes marquent à quel point un nos standards de beauté pour femmes sont…standards, alors que les physiques masculins peuvent se lâcher beaucoup plus.
En tant que dessinateur, je le reconnais régulièrement, me surprenant à épaissir des lèvres, grossir des seins ou rajouter des cils, autant de marqueurs féminins, dans l'espoir qu'on ne prenne surtout pas ces personnages pour des hommes, ce serait une catastrophe.
Néanmoins je préfère l'école "rajoutons des cils" à l'école de dessin "TU DOIS CAPTER LA SENSUALITÉ SUBTILE ET EXPRESSIVE DE LA FÂMME DANS TON DESSIN" qui me parait encore plus bête sur le sujet.
Le fait est que nous attribuons le sexe des individus quant à des marqueurs pas toujours évidents : le menton, les cheveux, etc. Quand on trouve des gens qui mettent à l'épreuve cette herméneutique, qui ne sont pas forcément évidents ? On se moque d'eux ! Haha !!!! Tu ressembles à une fille/un garçon !!!! Trop cassé. Plus besoin de remettre en cause le truc.
Disney ne fait qu'amplifier à mort ces très légères différences physiologiques entre mâles et femelles, qui sont très souvent des hommes et des femmes, même si pas toujours, et pas toujours dans les normes prévues.
La différence reste subtile.
Hmmm.

Non je ne parlerait de rien de tout ça, j'avais fait un très long article et va savoir pourquoi, Blogger l'a supprimé. Probablement qu'en tombant mon ordi a fait un beau Ctrl-A-Del et que le site l'a enregistré.

Donc on va simplement dire ceci :
Ok. Disney a compris qu'ils perpétuaient une image contrainte et soumise des femmes et progressivement, ils ont mis de l'eau dans leur vin au point que les derniers films soient presque entièrement consacrés à l'émancipation de leur protagoniste.
Brave insistait sur le fait qu'on attendait bien plus des femmes, alors que Fergus se comporte comme un porc et que les trois frères cadets font bêtise sur bêtise, toujours tolérée. Tout comme il montrait la douleur des mariages arrangés, et se concluait sur "fuck les traditions". Tangled parlait de même de quitter le confort maternel menteur pour voir le monde et taper sur les gens avec des poêles à frire. Frozen enfin montrait à quel point les filles intériorisaient ces commandements, comment cela leur nuisait ("be the good girl you always have to be" remplacé en français par "fais attention le secret survivra" voilà).
Mais peut-être que cette injonction à briser les moules dans lesquels on coule les filles passerait un peu mieux si elles figuraient autre chose que des poupées de porcelaine au poignet plus fin que leur œil, à l’œil plus gros que leur genou.
C'est tout.
Et puis sans déconner, c'est plus de la ressemblance fortuite ("elles sont de la même famille, enfin trois sur quatre!!!") c'est de la paresse outrancière.


La mère d'Elsa et Anna, à gauche.


IV

DISNEY SA RACE

On a beaucoup pesté parce que tout le monde dans ce film était blanc. 
Je crois que les gens qui disent "OUI MAIS ON A FAIT DES PRINCESSES VARIÉES AVANT" pour contrer ces critiques disent simplement qu'il suffit d'un personnage de la race x ou y pour contrebalancer tous les blancs, et donc que maintenant on va enfin pouvoir faire des vrais films sans s'emmerder avec tout cet exotisme. Du tokenism, quoi. Ou comment être d'accord avec l'argument en dépensant le moins d'effort et d'investissement.
Typiquement :
Can I just point out that Rapunzel from the movie Tangled was Disney’s first white princess in nearly 20 years?
1991: Belle - Beauty and the Beast (white)
1992: Jasmine - Aladdin (Middle Eastern)
1995: Pocahontas - Pocahontas (Native American)
1998: Mulan - Mulan (Chinese)
2009: Tiana - The Princess and the Frog (African-American)
2010: Rapunzel - Tangled (white)
On incite d'ailleurs les vils SJW à considérer "the bigger picture". Regardons donc la chronologie intégrale quant à cette période:
Depuis 1991 donc, tous les liens mènent sur Wikipedia(fr) puisque j'ai copié la liste comme un gros faisan. En gras, ce qui me semble être à ranger dans la case "diversité raciale" :
  1. La Belle et la Bête (Beauty and the Beast), sorti le 13 novembre 1991. D'après le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont
  2. Aladdin des Arabes !
  3. L'Étrange Noël de monsieur Jack Difficile à dire.
  4. Le Retour de Jafar de nouveau des arabes j'imagine ?
  5. Le Roi lion Animaux.
  6. Dingo et Max animaux anthropomorphes
  7. Gargoyles, le film : Les Anges de la nuit pas la moindre idée donc on va dire que ça passe.
  8. Pocahontas, une légende indienne effectivement, on doit avoir un cast à moitié amérindien.
  9. Toy Story des jouets et des blancs
  10. James et la Pêche géante laissez-moi deviner, des blancs parce que c'est issu d'un conte anglais
  11. Le Bossu de Notre-Dame Des blancs partout, sauf les bohémiens, dont Esmeralda.
  12. Aladdin et le Roi des voleurs Des arabes.
  13. Mighty Ducks, le film JE SAIS ABSOLUMENT PAS CE QUE C'EST mais apparemment des canards blancs
  14. Hercule des blancs parce qu'il n'y avait jamais de noirs en Grèce ou à Rome, dans la mesure où le film s'inspire également d'aspects propres à la mythologie romaine.<
  15. Winnie l'ourson 2 : Le Grand Voyage DFSJfdjalksdjfl
  16. La Belle et la Bête 2 : Le Noël enchanté blancs because France
  17. Le Monde magique de la Belle et la Bête ibid.
  18. Mulan (id.), sorti le 5 juin 1998. Encore un coup porté à la pureté raciale de Disney, déjà vacillante.
  19. Pocahontas 2 : Un monde nouveau Y'avait trop d'amérindiens alors Pocahontas vient en Europe. Ouf, ça va mieux.
  20. Le Roi lion 2 : L'Honneur de la tribu Des animaux donc ça compte pas
  21. 1001 pattes ANIMO
  22. Doug, le film ?
  23. Tarzan animaux et blancs
  24. Winnie l'ourson : Joyeux Noël animaux
  25. Toy Story 2 jouets et blancs
  26. Mickey, il était une fois Noël animaux anthropomorphes ?
  27. Fantasia 2000 animaux anthropomorphes ?

Et dès les années 2000

  1. Les Aventures de Tigrou
  2. Dingo et Max 2 : Les Sportifs de l'extrême animaux anthropomorphes.
  3. Dinosaure Je m'avance beaucoup mais je suppute que ça implique des dinosaures ?
  4. Buzz l'Éclair, le film : Le Début des aventures Les aventures d'un jouet blanc j'imagine ?
  5. La Petite Sirène 2 : Retour à l'océan Voilà.
  6. Kuzco, l'empereur mégalo Des amérindiens
  7. La Cour de récré : Vive les vacances! cast varié
  8. La Belle et le Clochard 2 : L'Appel de la rue Animaux et blancs
  9. Atlantide, l'empire perdu un cast étonnamment varié et des atlantes pas vraiment aryens pour l'occasion.
  10. Monstres et Cie euh des monstres et des blancs ?
  11. Mickey, la magie de Noël  Animaux anthropomorphes a priori
  12. La Cour de récré : Les Vacances de Noël Cast varié
  13. Peter Pan 2 : Retour au Pays imaginaire Leucodermes
  14. Cendrillon 2 : Une vie de princesse Des blancs
  15. Le Bossu de Notre-Dame 2 : Le Secret de Quasimodo des blancs et quelques bohémiens.
  16. Lilo et Stitch (Lilo and Stitch) bonus ! des tas d'Hawaïens.
  17. La Légende de Tarzan et Jane Blancs et animaux
  18. Mickey, le club des méchants animaux anthropomorphes
  19. La Planète au trésor, un nouvel univers
  20. 101 Dalmatiens 2 : Sur la trace des héros des animaux et des méchants blancs ?
  21. Winnie l'ourson : Bonne Année
  22. Le Livre de la jungle 2 Mowgli est relativement foncé de mémoire.
  23. Les Aventures de Porcinet AFJDAFKDl
  24. Les Énigmes de l'Atlantide  cast varié
  25. Le Monde de Nemo Des animaux et des blancs
  26. Stitch ! le film Hawai I guess ?
  27. Frère des ours Des amérindiens, yay !
  28. La Cour de récré : Les petits contre-attaquent & La Cour de récré : Rentrée en classe supérieure Hé, un cast relativement varié !
  29. Winnie l'ourson : Je t'aime toi !ANIMO
  30. Scott, le film AUCUNE IDÉE je dirais ANIMO vu que c'est un chien anthropomorphe qui s'introduit dans une école ?
  31. Le Roi lion 3 : Hakuna Matata ANIMO
  32. Les Aventures de Petit Gourou ANIMO
  33. La ferme se rebelle Des animaux, j'imagine ?
  34. Mickey, Donald, Dingo : Les 3 Mousquetaires animaux anthropomorphes
  35. Winnie l'ourson : animaux anthropomorphes
  36. Mulan 2 : La Mission de l'Empereur De nouveau la Chine, donc des bons points.
  37. Les Indestructibles, des blancs partout, mais notons la présence de Frozone, comme minorité visible.
  38. Mickey, il était deux fois Noël
  39. 93 79 --- Winnie l'ourson et l'Éfélant Bon je vais arrêter de parler des Winnie l'Ourson
  40. Tarzan 2 : L'Enfance d'un héros (Tarzan II), sorti directement en vidéo le 14 juin 2005. L'action se situe pendant celle de Tarzan (1999).
  41. Lilo et Stitch 2 : Hawaï, nous avons un problème! yay! des Hawaïens et des aliens.
  42. Winnie l'ourson : Lumpy fête Halloween : des animaux et des blancs.
  43. Chicken Little Premier « Classique d'animation Disney » totalement en images de synthèse, et c'est des poulets, de mémoire.
  44. Kuzco 2 : King Kronk pas vu mais je suppose que c'est comme Kuzco, des gens d'amérique centrale donc yay.
  45. Bambi 2 (Bambi and the Prince of the Forest), sorti le 26 janvier 2006 (Argentine)7. L'action se situe pendant celle de Bambi (1942).
  46. The Wild De mémoire, des animaux ?
  47. Cars des voitures qui parlent
  48. Leroy et Stitch (id.), sorti directement en vidéo le 23 juin 2006. Conclusion de la série télévisée Lilo et Stitch (2003-06).
  49. Frère des ours 2 toujours amérindiens.
  50. Rox et Rouky 2 encore des blancs et des animaux.
  51. Le Sortilège de Cendrillon Suite de Cendrillon (1950) et de Cendrillon 2 : Une vie de princesse (2002). Vous vous imaginez bien.
  52. Bienvenue chez les Robinson (Meet The Robinsons) pas vu mais je suppose qu'ils sont plutôt leucodermes.
  53. Ratatouille (2007) des blancs et des animaux, parce que c'est Paris, et que les noirs n'y existent pas, par exemple.
  54. Il était une fois (Enchanted) je crois qu'il y a un cast majoritairement blanc.
  55. WALL-E étant donné que c'est le futur, on a un peu plus de monde pas-blanc.
  56. Le Secret de la Petite Sirène toujours blancs, parce que les contes de fées.
  57. La Fée Clochette, ladite fée étant bien blanche et blonde.
  58. Volt, star malgré lui, les principaux personnages sont blancs ou des animaux.
  59. Là-haut (Up) Russel est bien asiatique, mais sinon tout le monde semble blanc ou un animal.
  60. Clochette et la Pierre de lune toujours blanche et blonde.
  61. Le Drôle de Noël de Scrooge avec que des blancs, parce qu'il n'y avait jamais eu de personnes de couleur dans la Londres victorienne.
  62. La Princesse et la Grenouille, avec effectivement une princesse afro-américaine.
  63. Clochette et l'Expédition féerique, Clochette n'a toujours pas bronzé.
  64. Toy Story 3 avec des héros blancs et des jouets ?
  65. Raiponce (Tangled), retour de la blancheur après une terrible période de domination par ces barbares colorés, pfouh, on a eu chaud, l'occident a failli sombrer.

Pfouh.
Même si j'ai beaucoup supputé (je n'allais pas (re)regarder 120 films pour cet article, n'hésitez pas à me corriger) on voit qu'on a effectivement des casts constitués en bonne partie de noirs (Princess et la Grenouille), d'amérindiens (Pocahontas (1 et 2), Frère des Ours (1 et 2)  et au sens large, les Kuzco et les Lilo&Stitch) de moyen-orientaux (Aladdin, 1, 2 et 3. d'accord dire arabe était réducteur) et des asiatiques (Mulan 1 et 2). On a également des casts variés (Atlantide 1 et 2, Recess School's Out). Mais je doute qu'on puisse nous faire croire que la blancheur de la baraque est en danger. Surtout qu'un fois qu'ils ont fini leurs devoirs de "POLITICAL CORRECTNESS GONE MAD" ils ont pu enchaîner les trois (quatre ?) dames d'albâtre dont il est question.
Certes, il est parfaitement idiot de prétendre que les 28 films de Winnie l'Ourson ou Cendrillon 3 ont eu autant d'impact culturel que Mulan ou Pocahontas. Ces classiques d'animation sont énormément mis en avant et populaires, par rapport au reste. Néanmoins, il serait tout aussi idiot de prétendre qu'entre Belle et Raiponce on a vu une période d'hégémonie raciale anti-blanche.
La vérité est probablement entre les deux, mais il me semble que Cendrillon 3 a légèrement plus d'importance, dans ce contexte, que Kuzco 2, ne serait-ce que parce que Cendrillon 3 est un bon film.
(plot twist)
…Et il reste que dans Kuzco, Frère des Ours ou la Princesse et le Grenouille, des personnages de couleur sont changés en animaux de façon prolongée, que Pocahontas romance basiquement le kidnapping d'une adolescente, et que Mulan dépeint de façon grotesque le mânisme chinois tout en se lâchant pas mal sur les blagues, tout comme FdO caricature le concept d'animal-totem, ce qui est un problème en soi au-delà de la rareté.

Le problème n'est pas forcément que Disney n'a jamais inclus de personnes de couleurs dans ses films, le problème c'est qu'on a beaucoup plus de chiens, de jouets et de voitures qui parlent, dans ces films, que des personnes de couleur, et encore, quand on les change pas en animaux au début du film.


3 commentaires:

  1. Les langues germaniques sont bien entendu plus heureuses : "Laas Jetzt Los" (Allemand), "Laat Het Los" (Flamand), "Laat Het Gaan" (flamand hollandais ?) et "La Den Gå" (Norvégien). Je vous laisse voir la liste complète, j'attendrai patiemment que Typhon vienne me dire pourquoi c'est des conneries ce que je raconte sur les langues et la similitude de cette expression

    En Allemand c'est "Lass jetzt los". Et ça paraît assez logique que ce soit plus facile de traduire littéralement une expression anglaise dans des langues germaniques, même si je ferai remarquer qu'en Allemand, ils ont un rajouté un "Jetzt" qui n'est pas là en anglais, alors que la traduction espagnole semble plus exacte (si je me fie à al traduction wiki), comme quoi...

    Ensuite, pour moi (et Urban dictionary confirme mes dires), "Let it go" en tant qu'expression figée, ça voulait plutôt dire "Laisse tomber", mais je suppose que ça ne cadre pas avec le ton de la chanson.

    Typhon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corrigé pour l'allemand.
      Je suppose, dans le contexte, que c'est un message de lâcher-prise.

      Supprimer
  2. Juste pour expliquer la fin, enfin comme je l'ai comprise. Le blizzard (orage) cesse car Elza n'est plus dans le tourment de faire du mal à sa soeur -de nouveau. Tout est fini car Anna est morte. Il faut remettre en perspective avec la venue d'Anna dans le château de glace. Dès qu'Elza repense au passé, elle s'en veut et rentre dans une colère qui engendre la blessure d'Anna. Tous les choix d'Elza font référence à sa volonté de protéger sa sœur et au regret de l'avoir blessé par le passé. Or, dès qu'elle apprend que sa sœur est morte, la tempête interne se calme. En quelque sorte elle s'abandonne, c'est d'ailleurs ce que suggère la pose finale (lorsqu'elle est à genoux au sol la tête entre les bras comme un signe de pénitence). Elle ne s'en veut plus car elle a échoué : Anna n'a pas été protégée contre sa magie.
    Bref, j'ai compris la fin de la tempête ainsi.

    RépondreSupprimer

"As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
Ce que tu veux m'apprendre, est-ce quelque chose de bien ?
Est-il utile que tu m'apprennes cela ?
Dans le cas contraire, pourquoi tiendrais-tu à me le dire ?"
- une poétesse victorienne moraliste, à peu près.